Blog SYMETAL 38

Comité Stratégique de Filière Régionale de la microélectronique

0

La dernière réunion du Comité Stratégique de Filière Régionale de la microélectronique  (CSFR) s’est tenue à la préfecture de Grenoble le 10 juin 2014. Pour cause, l’agglomération grenobloise regroupe environ 80% des industries ou entreprises du secteur. La logique de création d’un démonstrateur, articulée autour de trois thèmes que sont l’énergie, la santé et les transports,  est portée par l’Isère mais la démarche reste d’envergure régionale (le rôle de la région étant d’assurer la cohérence d’ensemble et permettre aux nombreuses stratégies d’innovation qui émergent sur nos territoires de s’intégrer  dans un même cluster en termes de subventions publiques).

Pour rappel, la première réunion datait d’octobre 2012, soit presque déjà deux ans. À ce jour, les budgets nécessaires pour aboutir ont été communiqués. L’impulsion pour démarrer nécessite d’investir un montant de 3 millions d’euros pour la première année et représente un coût global de 41 millions d’euros sur 5 ans.  Les grandes lignes budgétaires portent sur la gouvernance, les infrastructures, l’énergie, les transports et la santé sans vraiment détailler tous les aspects.

Concrètement, il est admis que les nouvelles technologies sont une opportunité pour permettre la création de valeur ajoutée, notamment par exemple au covoiturage afin de résorber les congestions, limiter les émissions polluantes des véhicules, garantir l’attractivité du territoire. Nous apprenons que 10% de covoiturage ferait économiser 100 millions d’euros au Conseil Général de l’Isère. Sur le plan de la santé, c’est l’occasion d’expérimenter les maintiens à domicile le plus longtemps possible, en toute sécurité et avec le plus de confort possible. Pour la collectivité, c’est éviter des hospitalisations qui sont parfois inutiles et qui coûtent chers à notre système de protection sociale. Enfin, les objets connectés ou intelligents sont vites devenir incontournables. Un même capteur met en synergie plusieurs acteurs de services. Ainsi, le nouveau paradigme du Big Data est au cœur des nouveaux enjeux de la recherche technologique française pour les systèmes du futur (de plus en plus complexes). Nos entreprises ont besoin d’une vitrine pour illustrer leurs savoir-faire et démontrer la faisabilité ou l’utilité de ces nouveaux services.

Par conséquent, de nombreux acteurs sont partie prenante. Il ne faut pas moins de monde pour passer d’un modèle classique d’un système d’information compartimenté en silos à un modèle supportant des services verticaux hébergés dans le cloud. Est intégré aux réflexions de grands industriels, tous localisés en Isère et aussi leader dans leur secteur d’activité – HP, STMicroelectronics, Soïtec et Schneider Electric. Participent également des PME/PMI rhônalpines, des instituts de recherche comme le CEA, l’INRIA, l’IRT Nanoelec, des universités ou des pôles avec Minalogic ou les représentants des collectivités locales (Conseil Général, communauté de communes, etc.). Il manque maintenant le plus important, c’est-à-dire intégrer voire au moins consulter les comités d’usagers, associations de citoyens ou encore les organisations syndicales dans des groupes de travail et de réflexion. Pour réussir, nous devons nous assurer que les services développés répondent correctement aux attentes et aux besoins des citoyens. La Chambre de Commerce et d’Industrie de Grenoble réunira les partenaires sociaux courant juillet afin d’aborder les thématiques d’emplois sous-jacentes.

L’objectif du projet est de faire de la ville de Grenoble un showroom ! Pour notre syndicat, ce démonstrateur est un vrai défi, un challenge pour les acteurs à la fois dans la création de partenariats solides mais aussi dans l’ambition de marier et faire converger des univers différents. Un défi de co-construction et d’une co-production. Il s’agit d’une excellente opportunité de fédérer, dans le but d’innover et traduire ensuite des projets en résultats concrets pour la communauté en termes de bien-être pour la population, de performances économiques pour nos entreprises et partenaires de recherche, d’économie pour les collectivités, d’image pour la région.

Le fabriquant ne peut pas seul offrir l’usage, il faut le terminal, le logiciel, le service, cela crée une synergie très large de filière qui associe les chercheurs, les enseignants, les innovateurs, les producteurs, les usagers, fournisseurs, investisseurs… chacun est indispensable. Les enjeux européens et nationaux concernent l’emploi et les activités économiques, les enjeux des collectivités portent sur l’aménagement du territoire et une conception intelligente de la Cité et surtout le bien-être des citoyens. On le sait, les budgets de financement ne sont plus extensibles. Les subventions doivent donc être utilisées au mieux pour garantir la performance globale de l’écosystème et l’efficience de l’argent public dans la création de services qui ont une utilité et du sens ! À la CFDT, nous saluons l’initiative. Les thèmes sélectionnés sont pertinents. Nous espérons un lancement du projet fin 2014 ce qui permettrait d’installer une dynamique qui permette d’être un levier pour l’emploi.

13 juin 2014 |

Comité Stratégique de Filière Régional

0

CSFR – Quésaco ?

Il s’agit d’un projet piloté par la préfecture de l’Isère, en lien avec de grands industriels localisés dans le bassin grenoblois (HP, STMicroelectronics, Schneider, Soïtec), et dont l’objectif est d’abord de développer notre industrie afin de créer de l’emploi ou des partenariats gagnants / gagnants entre TPE, PME et grandes entreprises, mais aussi d’améliorer la qualité de vie des citoyens autour de trois grands thèmes que sont : la mobilité et les transports intelligents (projet EcoCité) ; la transition énergétique (projet SMART GRID), la santé et la dépendance (la « silver » économie).

Même si les pouvoirs publics sont limités par des contraintes budgétaires toujours plus drastiques et des dépenses plus que jamais ciblées, les acteurs du Comité Stratégique de Filière Régional sont unanimes pour dire qu’il faut participer au développement économique de notre région et mettre en commun des synergies, que ce soit sur le plan de l’ingénierie financière ou des savoir-faire technologiques.

Commentaire CFDT

Notre organisation syndicale participe aux réunions et souhaite voir aboutir un écosystème viable rapidement. L’idée d’un projet de territoire intelligent et connecté, diffusable dans la diversité de Rhône Alpes doit être soutenue. Toutefois à ce jour, il ne s’agit encore que d’une ambition sans réel chiffrage avancé ni même de calendrier précis. La volonté est bien de créer un démonstrateur à l’échelle de l’aire métropolitaine grenobloise, mais sans subventions suffisantes, pourra-t-on  accoucher et mettre en oeuvre concrètement les intentions des acteurs ? C’est à souhaiter… La France, et plus particulièrement nos entreprises, ne doivent pas manquer le virage de l’internet des objets, des systèmes de supervision intelligents et créer de la valeur qui puisse être redistribuée.

29 mars 2014 |
Copyright 2015 - Vantage Thème - Hébergé chez O2Switch