Blog SYMETAL 38

Ruptures Conventionnelles Collectives : à manier avec précaution

0

Pour la CFDT, la gestion de l’emploi doit en priorité passer par la négociation. Avec l’ordonnance relative à la prévisibilité et la sécurisation des relations de travail, qui s’inscrit dans la continuité de l’accord sur la sécurisation de l’emploi de 2013, la négociation devient le vecteur privilégié pour faire face aux mutations de l’activité et de l’emploi.

Ainsi, nous avons souhaité l’unification des divers accords primant sur le contrat de travail (par exemple les accords de compétitivité, de maintien de l’emploi…) en un modèle unique dit de « performance collective» : celui-ci priorise l’intérêt collectif et le maintien dans l’emploi, pour faire face aux transformations nécessaires des entreprises.

En revanche, les Ruptures conventionnelles collectives (RCC) empruntent une logique inverse: celle de la suppression des effectifs sans recherche de solutions alternatives. De surcroît, elles risquent de cibler particulièrement les seniors, plus fragiles sur le marché du travail. Néanmoins, le recours aux RCC est sécurisé par l’obligation d’un accord majoritaire: nous devons donc être exigeants sur leurs conditions de mise en oeuvre.

9 avril 2018 |

Caterpillar : l’usine Française respire, la Belgique sous le choc

0

Le site de Caterpillar à Grenoble respire après l’annonce faite aux élus CE le 2 septembre 2016 de la fermeture de son usine de production de Gosselies, implantée en Belgique. Selon Charles Michelle, le Premier ministre fédéral belge, il s’agit d’« une décision brutale et un drame social ». En effet, 2.200 emplois directs sont concernés et de nombreux emplois indirects s’y ajouteront.

Cependant, pour les sites basés en Isère (Grenoble et Échirolles), c’est un sentiment de soulagement qui domine étant donné les enjeux économiques et sociaux liés à ce type d’annonce. Les usines sont en compétition à l’intérieur du groupe, notamment en Europe. Finalement, cette décision renforcera à terme la position de leadership de Caterpillar Grenoble pour la zone euro. Par conséquent, nous pourrions bénéficier en partie d’une nouvelle répartition d’activités du constructeur américain.

Selon le communiqué de presse du management, « cette annonce est liée au plan mondial de restructuration et de réduction des coûts annoncé par Caterpillar en septembre 2015 ». Le groupe avait fait part de son intention de supprimer 10.000 emplois dans le monde, soit 9% de ses effectifs et de fermer une vingtaine de sites.

Nous savons aujourd’hui qu’une partie de la charge de l’usine de Gosselies sera rapatriée sur Grenoble. Par contre, en même temps, une autre part de la production actuelle sera relocalisée aux Etats-Unis. Grenoble lâche l’activité concernant la mécano-soudure. Nous anticipons donc un plan de départs volontaires d’environ 100 personnes dans les mois à venir dont l’objectif visera probablement à ajuster la structure aux décisions prises. La CFDT mettra tout en oeuvre pour veiller à la reconversion interne des salariés concernés par le biais de l’accord GPEC (signé par notre organisation syndicale).

Enfin, nous espérons que la compagnie privilégiera dans ce plan les départs à la retraite ou en pré-retraite dans le but de limiter l’impact social. Nous veillerons à négocier des mesures optimales pour que le PDV soit une opportunité à saisir auprès des salariés porteurs d’un projet personnel ou professionnel externe. Nous ne cautionnons pas les décisions stratégiques défavorables à l’emploi et aux salariés, mais nous souhaitons nous donner les moyens d’assurer des accompagnements constructifs afin d’assurer et garantir la sécurisation des parcours professionnels.

5 septembre 2016 |

AGIR DANS LE TERRITOIRE POUR L’INDUSTRIE

0

Dans le cadre de l’élaboration du projet CFDT sur le Grand Projet Rhône-Alpes du Rhône Médian, le comité de pilotage de la CFDT pour ce projet (composé de l’URI – des Syndicats Chimie-Energie, Métallurgie, Transports – des UD Isère, Drôme-Ardèche, Rhône et Loire – des UL de Vienne, Roussillon, Annonay et Saint Vallier) lance plusieurs démarches pour connaitre la situation et les perspectives des entreprises de ce territoire, afin de mieux avancer dans la connaissance et la maîtrise des enjeux de développement économique et la sécurisation des parcours professionnels. Il vise également à connaitre les attentes des salariés vis-à-vis des problématiques de leur vie quotidienne (transport, logement, équipements, cadre de vie).

La CFDT a demandé à Syndex de mettre en place un questionnaire auprès des délégués d’entreprise pour mieux connaitre les enjeux d’avenir des entreprises et définir, si cela parait envisageable, une stratégie industrielle. Ce questionnaire permettra d’avoir à la fois une vision par entreprise, et une vision plus collective, qui sera présentée et débattue collectivement avec vous. Pour y répondre et/ou pour toute question sur la démarche CFDT, n’hésitez pas à nous contacter.

1 mai 2015 |

Semaine de l’industrie : la compétitivité ne s’arrête pas aux salaires

0

« Marges trop faibles, manque de compétitivité, manque de flexibilité… », le discours ambiant, en particulier celui du patronat, pointe régulièrement ce qui constituerait les faiblesses de l’industrie française. Le salarié français trop payé, allergique au changement et travaillant trop peu serait donc le principal responsable du chômage dans notre pays où la seule issue possible pour renouer avec la croissance serait de conduire d’importantes « réformes structurelles ». Ce sujet mérite d’être abordé sans tabou, mais la réponse n’est certainement pas si simple. Pour éclairer le débat, la FGMM-CFDT a demandé au cabinet Syndex de réaliser une analyse des coûts de production dans l’automobile. Les résultats montrent qu’il est important de dépasser les idées préconçues pour identifier l’ensemble des déterminants de la compétitivité.

Lire l’argumentaire SemaineIndustrie_FGMMCFDT_Avril15

11 avril 2015 |
Copyright 2015 - Vantage Thème - Hébergé chez O2Switch