Blog SYMETAL 38

Développement durable et Responsabilité Sociale des Entreprises

0

Le développement durable est un mode de développement qui concilie le progrès économique avec le progrès social et la préservation de l’environnement. Selon la définition proposée par la Commission mondiale sur l’environnement et le développement dans le rapport Brundtland en 1987, c’est « un développement qui répond aux besoins des générations du présent, sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs ».

Le concept de responsabilité sociale d’entreprise (RSE) correspond à l’application aux entreprises du principe de développement durable. La RSE intègre donc des préoccupations sociales et environnementales au sein des entreprises. Il s’agit pour ces dernières d’être à la fois économiquement viable, socialement responsable et écologiquement acceptable.

Pour la CFDT, la RSE permet d’aborder l’avenir de la planète à partir de nos pratiques de terrain et d’ouvrir de nouveaux horizons pour l’action syndicale. Le dialogue social sur l’emploi, sur les restructurations ou sur la formation prend plus d’importance, et le champ du dialogue social est élargi à d’autres sujets comme la sous-traitance, l’environnement et l’activité internationale. Les OS peuvent agir en complémentarité avec la société civile et les ONG.

L’enjeu reste la défenses des intérêts des salariés et le progrès social. Le développement durable est un levier pour le développement de l’industrie et de l’emploi. Pour nous syndicalistes, être acteurs de ces évolutions nous permet de redonner toute sa dimension au secteur industriel français.

10 octobre 2015 |

La RSE ou Responsabilité Sociétale des Entreprises

0

La RSE est la déclinaison, au niveau de l’entreprise, des concepts de développement durable, qui intègrent les trois piliers environnementaux, sociaux et économiques. La norme ISO26000, parue le 1er novembre 2010, donne les lignes directrices aux entreprises et aux organisations pour opérer de manière socialement responsable, c’est-à-dire en agissant de manière éthique et transparente de façon à contribuer à la bonne santé et au bien-être de la société.

ISO26000 contient des lignes directrices et non des exigences. Elle ne se prête donc pas à la certification, contrairement à d’autres normes connues. Les sept principes de responsabilité sociétale sont : responsabilité de rendre compte ; la transparence ; comportement éthique ; respect des intérêts des parties prenantes ; respect du principe de légalité ; respect des normes internationales de comportement et le respect des droits de l’Homme.

La CFDT a une volonté de faire de cette thématique un renouveau de notre action syndicale ou encore l’évolution logique d’un syndicalisme réformiste. Les principes pour un développement durable nous invitent à imaginer un nouveau modèle de croissance en respectant les intérêts du plus grand nombre :

Des principes anciens à enrichir :

  •  Démocratie (participative)
  •  Solidarité (dans toutes les dimensions intergénérationnelle et sociale)
  •  Justice (dettes des pays riches vers les pays pauvres, dette à ne pas laisser aux générations futures)
  •  Prévention (a priori et non seulement a posteriori)

Des principes plus novateurs :

  •  Subsidiarité
  •  Transversalité
  •  Précaution (et pas abstention), une attitude de prudence en situation d’incertitudes et de risques non connus.
3 novembre 2014 |

C3P ou le Compte Personnel de Prévention de la Pénibilité

0

Les premiers décrets sont enfin parus. L’État confirme donc le démarrage du dispositif de pénibilité pour quatre critères d’expositions aux risques professionnels dès le 1er janvier 2015, et une application effective pour les six autres critères au 1er janvier 2016. De nombreux salariés vont donc pouvoir bénéficier de plus de justice et d’équité lorsqu’ils réaliseront des tâches pénibles.

Cet acquis social, né dans son concept lors de la réforme des retraites de 2003, est une avancée historique obtenue par la CFDT ! Il aura fallu pas moins de dix années pour que le dispositif voie le jour.

Il faut se rappeler le sens de la mise en œuvre du compte pénibilité. Il s’agit d’une compensation pour être ou avoir été exposé au cours de son parcours professionnel à des risques liés à des contraintes physiques marquées, à un environnement physique agressif et à certains rythmes de travail, susceptibles de laisser des traces durables, identifiables et irréversibles sur la santé du travailleur !

En effet, il est démontré par de nombreuses études que la pénibilité du travail a des conséquences, notamment avec une différence d’espérance de vie de plus de sept années entre les catégories socioprofessionnelles les plus exposées et celles qui le sont le moins. Par ailleurs, la pénibilité du travail a également des effets sur la durée de vie en bonne santé.

Pour la CFDT, le compte pénibilité est une réponse à un besoin d’équité sociale et de prévention. À nos élus et militants de faire vivre ce dispositif, de corriger encore ses imperfections pour contraindre les entreprises à s’engager dans cette voie, partie intégrante d’un développement durable.

3 novembre 2014 |
Copyright 2015 - Vantage Thème - Hébergé chez O2Switch