Blog SYMETAL 38

ANI QVT-EP (Qualité de Vie au Travail – Egalité Pro)

0

La Qualité de Vie au Travail se conçoit comme un sentiment de bien-être au travail, perçu collectivement et individuellement. Le concept englobe l’ambiance, la culture de l’entreprise, l’intérêt du travail, les conditions de travail, le sentiment d’implication, le degré d’autonomie et de responsabilisation, l’égalité, le droit à l’erreur accordé à chacun, la reconnaissance et la valorisation du travail effectué…

 

L’accord interprofessionnel du 19 juin 2013 « vers une politique d’amélioration de la qualité de vie au travail et de l’égalité professionnelle (QVT-EP) » est un accord important pour la CFDT et il nous faut maintenant le faire vivre afin d’agir sur la vie quotidienne des salariés dans les entreprises.

 

Trois types d’indicateurs sont à retenir pour bâtir les bons diagnostics : d’abord les indicateurs de perception des salariés, ensuite les indicateurs de fonctionnement et enfin les indicateurs de santé au travail.

 

Ils portent notamment sur les relations sociales et de travail, le contenu et la qualité du travail, l’environnement physique de travail, la réalisation et le développement professionnel, l’égalité de traitement entre les femmes et les hommes, la conciliation entre vie professionnelle et vie personnelle, la mixité des emplois et les modalités d’organisation du travail…

 

L’accord interprofessionnel QVT-EP est un accord expérimental d’une durée de trois ans, mais il a un impact direct sur la négociation obligatoire dans l’entreprise dès lors qu’elle compte un délégué syndical.

 

Deux possibilités sont offertes aux entreprises :

  1. La signature d’un accord triennal majoritaire sur la QVT-EP regroupant plusieurs domaines de négociations obligatoires ou non.
  2. À défaut, l’obligation d’engager annuellement, une négociation spécifique sur la QVT, dans le cadre de la négociation annuelle obligatoire sur les modalités d’exercice du droit d’expression des salariés.

 

Le choix de la CFDT est de renforcer la proximité avec les salariés et de développer des pratiques participatives pour améliorer concrètement la vie au travail. Nous souhaitons, partout où c’est possible, développer le dialogue ou la négociation locale, introduire des pratiques syndicales innovantes avec comme clef d’entrée l’organisation du travail. Il nous faut dépasser les constats pour agir concrètement, avec les salariés, dans les entreprises en améliorant leurs conditions de vie au travail. Ceci est de notre responsabilité !

11 avril 2014 |

PMR Isère – Pôle Mobilité Régional

0

Après une phase expérimentale de trois années, le PMR Isère (Pôle de Mobilité Régional), créé en 2007 (association loi 1901), est aujourd’hui un acteur intégré ou en cours d’intégration dans les accords GPEC de la plupart des entreprises adhérentes. Le dispositif PMR a pris le jour sur le bassin d’emploi de l’Isère, à l’initiative de plusieurs entreprises.

 

Il a contribué depuis sa création à accompagner de façon sécurisée des centaines de personnes dans leurs projets professionnels souhaités et il semble répondre favorablement aux besoins et attentes tant des employeurs que des salariés. Ce partenariat permet la mutualisation des ressources en termes d’analyse et de gestion de l’emploi et favorise le maillage entre le plus grand nombre possible d’acteurs directs ou indirects de l’emploi sur le territoire.

 

Le PMR participe aux transferts des compétences et à la dynamisation de la culture de la mobilité professionnelle. Ces dernières années, les liens avec les pouvoirs publics ont été consolidés, le rôle du pôle a été renforcé notamment après l’ouverture de l’adhésion aux PME. Le développement d’autres activités comme le dispositif « Passerelle Séniors » introduit un écosystème innovant et utile pour tous les acteurs.

 

La CFDT milite pour le droit à la mobilité volontaire. Cette possibilité offre une sécurité supplémentaire aux salariés prenant le risque de changer d’entreprise. Le PMR s’adresse à l’ensemble des salariés des entreprises adhérentes. La démarche est bien entendue à l’initiative du salarié et la confidentialité est assurée.

7 avril 2014 |

Comité Stratégique de Filière Régional

0

CSFR – Quésaco ?

Il s’agit d’un projet piloté par la préfecture de l’Isère, en lien avec de grands industriels localisés dans le bassin grenoblois (HP, STMicroelectronics, Schneider, Soïtec), et dont l’objectif est d’abord de développer notre industrie afin de créer de l’emploi ou des partenariats gagnants / gagnants entre TPE, PME et grandes entreprises, mais aussi d’améliorer la qualité de vie des citoyens autour de trois grands thèmes que sont : la mobilité et les transports intelligents (projet EcoCité) ; la transition énergétique (projet SMART GRID), la santé et la dépendance (la « silver » économie).

Même si les pouvoirs publics sont limités par des contraintes budgétaires toujours plus drastiques et des dépenses plus que jamais ciblées, les acteurs du Comité Stratégique de Filière Régional sont unanimes pour dire qu’il faut participer au développement économique de notre région et mettre en commun des synergies, que ce soit sur le plan de l’ingénierie financière ou des savoir-faire technologiques.

Commentaire CFDT

Notre organisation syndicale participe aux réunions et souhaite voir aboutir un écosystème viable rapidement. L’idée d’un projet de territoire intelligent et connecté, diffusable dans la diversité de Rhône Alpes doit être soutenue. Toutefois à ce jour, il ne s’agit encore que d’une ambition sans réel chiffrage avancé ni même de calendrier précis. La volonté est bien de créer un démonstrateur à l’échelle de l’aire métropolitaine grenobloise, mais sans subventions suffisantes, pourra-t-on  accoucher et mettre en oeuvre concrètement les intentions des acteurs ? C’est à souhaiter… La France, et plus particulièrement nos entreprises, ne doivent pas manquer le virage de l’internet des objets, des systèmes de supervision intelligents et créer de la valeur qui puisse être redistribuée.

29 mars 2014 |

Allo, la CFDT ? J’écoute…

0

RÉPONSE A LA CARTE

Le service dédié aux adhérents de la CFDT Rhône-Alpes !

Logement, conditions de travail, transport, formation pro, retraite, contrat de travail, vie personnelle, santé au travail, etc. Un seul numéro pour nous joindre et nous poser VOTRE question : 0969 39 xx xx (appel réservé aux adhérents). Munissez-vous de votre NPA (numéro adhérent disponible sur votre carte personnelle), et quelqu’un dans nos structures pourra obtenir la réponse appropriée (responsables de syndicat, délégués syndicaux ou mandatés CFDT). Le « plus » syndical pour une double ambition : apporter des réponses aux besoins de chaque adhérent sur son parcours professionnel et les impacts du travail dans la vie quotidienne, offrir la même qualité de service à tous.

Service ouvert 6 jours sur 7, de 9h00 à 19h00 (et jusqu’à 13h00 le samedi). Ce service est bâti en s’appuyant sur les compétences et le réseau militant CFDT.  Le prestataire choisi pour le centre d’accueil téléphonique a pour rôle d’écouter et d’analyser la demande afin de bien orienter l’utilisateur.

A la CFDT chaque adhérent compte

A la CFDT, chaque adhérent compte !

29 mars 2014 |

Contrat de génération

0

Contexte

Le contrat de génération, ce n’est pas un nouveau contrat de travail, ce sont deux dispositifs complémentaires :

  • Une négociation sur l’emploi des jeunes, des seniors et sur le transfert de compétences, dans les branches et les entreprises. En cas d’échec de la négociation, les entreprises peuvent mettre en place un plan d’action
  • Un dispositif individuel qui permet de passer une convention entre un jeune, un senior et une entreprise.

La négociation est obligatoire pour les entreprises de 300 salariés et plus, afin de s’exonérer de la pénalité.

  • Pour les entreprises de 50 à 299 salariés, la conclusion d’un accord, ou à défaut un plan d’action, leur permettra de bénéficier d’une aide en cas d’embauche d’un jeune et de maintien dans l’emploi (ou d’embauche) d’un salarié senior.
  • Les entreprises de moins de 50 salariés bénéficieront, elles, de cette aide sans contrepartie de négociation.

Position de la CFDT

Pour la CFDT, cette négociation permet d’inscrire pour la première fois à l’agenda du dialogue social dans l’entreprise, le thème de l’emploi des jeunes en lien avec l’emploi des seniors. Elle est une opportunité pour enfin faire progresser, par la négociation, l’emploi de qualité pour les jeunes et les seniors, et pour agir sur la transmission des savoirs et des compétences entre les générations.
Adapter le marché du travail à une population vieillissante tout en facilitant l’insertion des jeunes, sans opposer les générations : voilà un enjeu de taille auquel peut contribuer le contrat de génération, à condition qu’il soit mis en œuvre dans les entreprises.
Ce dispositif place la négociation d’entreprise au cœur de la mise en œuvre du contrat de génération, pour un dispositif adapté à chaque type d’entreprise. C’est aussi une porte d’entrée intéressante, dans le cadre de la négociation GPEC (gestion prévisionnelle des emplois et des compétences), avec de possibles conséquences concrètes pour les salariés.
Démarche exigeante, à l’heure où les équipes syndicales doivent faire face à de nombreuses négociations obligatoires et en période de difficultés économiques, il y a pourtant un réel enjeu syndical à réussir ces négociations.

Extrait du KIT SPP.
http://spp.cfdt.fr

18 octobre 2013 |
Copyright 2015 - Vantage Thème - Hébergé chez O2Switch